Accueil > Les applications > PeP en France > PeP dans les classes d’accueil (UPE2A)

PeP dans les classes d’accueil (UPE2A)

En partenariat avec la Direction des Services Départementaux de l’Éducation nationale de Seine-Saint-Denis (DSDEN 93), un programme pilote de PeP a été mis en place dès la rentrée 2013 dans huit unités pédagogiques pour élèves allophones arrivants (UPE2A), dont deux sont réservées aux élèves n’ayant jamais été scolarisés. Fort du succès de cette première application, le projet est étendu à quinze UPE2A, dont deux du premier degré, à partir de la rentrée 2014-2015.

En 2011-2012, 40 000 élèves nouvellement arrivés ont été accueillis au sein du premier et du second degrés en France. Ils représentent 4,2 ‰ des effectifs scolaires. Le Ministère de l’Éducation nationale a fait de ce public en situation de grande précarité une cible prioritaire dans le cadre de sa politique de lutte contre le décrochage scolaire (source : Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, Édition 2012, Ministère de l’Éducation nationale).

Le département de la Seine-Saint-Denis est le plus important de France en nombre de classes d’accueil, avec 1628 élèves scolarisés dans les UPE2A de collèges et de lycées en 2011-2012. L’objectif des équipes pédagogiques de ces classes est de faciliter l’intégration de ces jeunes arrivants qui ont quitté leur pays d’origine – parfois dans des conditions difficiles, pour des raisons politiques et/ou économiques - de s’insérer dans leur pays d’accueil et leur nouvelle réalité quotidienne, en leur donnant les clefs pour maîtriser la langue française et développer de nouveaux repères sociaux et culturels.

Les élèves des UPE2A concernés par ce projet sont de jeunes arrivants en France, âgés de 7 à 18 ans, qui ne connaissent pas toujours le pays d’accueil et n’en maîtrisent le plus souvent pas la langue. Il est donc important de valoriser leurs spécificités culturelles et leur patrimoine, afin d’accompagner leur construction individuelle et collective.

Dans le cadre de ce projet, la DSDEN 93 et PSF travaillent dans cette optique, afin mettre en lumière le vécu des élèves et leur permettre de puiser dans leurs racines une indispensable confiance en eux.

Le projet pédagogique Patrimoine en partage® répond donc à deux grandes priorités pour les élèves de classes d’accueil : la maîtrise du français et l’intégration sociale et culturelle.

Pour l’année scolaire 2016-2017, le programme est appliqué dans 17 classes de Seine-Saint-Denis ainsi que dans 4 classes parisiennes.


Patrimoine sans frontières a obtenu l’agrément de l’académie de Créteil dans le cadre de ce projet.

Patrimoine sans frontières remercie ses partenaires